img

Actualités

C'est le 18 mars de l'an en cours que le président Félix Tshisekedi avait pris certaines mesures pour lutter contre la propagation du Coronavirus en République démocratique du Congo .

Ce là au moins une semaine après la déclaration de la pandémie sur le sol congolais.

Depuis lors , la courbe de contamination flambe au quotidien. Si au début les cas positifs étaient importés, progressivement les gens ont commencé à contracter la maladie localement. De surcroît, la maladie a quitté son épicentre à Kinshasa pour attaquer d'autres province dont le Nord-Kivu, le Sud_Kivu, l'Ituri et Kwilu.

La contamination est elle maîtrisée ?

La chaîne de contamination est loin d'être coupée sur le sol congolais. Pour preuve, jusqu'au 19 mars 2020, le cumul des cas était de 14 personnes atteintes du Covid19. Dans un mois le chiffre est donc passé de 14 à 332 cas. Une flambée qui présage le "pire" au sens du Dr. Denis Mukwege.

Les 7 décisions prises ont elles échoué ?

Aussitôt prises, les décisions ont d'une part été respectées, de l'autre l'applicabilité a rencontré les contraintes congolaises surtout pour la population démunie.

A Kinshasa, par exemple, le confinement était avorté au point que celui-ci s'effectue désormais dans une seule commune. Pour le rassemblement de plus de 20 personnes, seules les écoles et universités respectent scrupuleusement cette mesure car elles sont fermées. Par contre , les marchés sont encore ouverts exposant la population à une événentuelle contamination. D'autres mesures s'adaptent progressivement au contexte pandémique.

Aujourd'hui, dire que les décisions du Chef de l'état ont échoué est une analyse hâtive. Dire qu'elles ont réussi est aussi irrationnel. Plutôt , il faudrait reconnaître que celles ci aideraient la république si elles étaient suivies à la lettre.

Dieubon Mughenze, à Beni

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate