img

Actualités

Économie

La loi de Finances N° 19/005 du 31 décembre pour l’exercice 2020 vient d’être promulguée par le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi. L’annonce officielle avait été faite sur les antennes de la télévision nationale.

Les prévisions des recettes et des dépenses adoptées au Parlement se chiffrent à 18 545 226 830 992 milliards de CDF, soit 10,9 milliards USD au taux budgétaire de 1 687,9 CDF/USD.

Cette Loi qui comporte plus de soixante articles et des annexes, reprend tous les piliers prioritaires du Gouvernement de coalition FCC-CACH pour répondre aux attentes du peuple congolais.

Il y a lieu d’indiquer que le chef de l’Etat a respecté le délai lui imparti par la Constitution, conformément à l’article 140, pour procéder à la promulgation de ce Budget 2020 qu’il a qualifié de « réaliste ».

Si le projet parti du Gouvernement était évalué à 10 milliards USD, l’autorité budgétaire l’a augmenté de 970 millions de dollars américains.

Cette augmentation a été justifiée par la réintégration des crédits additionnels (tels que ceux de la redevance minière des exploitants artisanaux) dans les prévisions des recettes budgétaires.

Dès lors, ce Budget 2020 (18 545,2 milliards de CDF) connaît un accroissement d’environ 82% par rapport au budget de l’année précédente qui était, lui, arrêté à 10 352,3 milliards de CDF.

Le Budget 2020 repose sur les principaux indicateurs et agrégats macroéconomiques suivants :

Taux de croissance du PIB : 5,4%;
Déflateur du PIB : 7,3 ;
Taux d’inflation moyen : 6,8% ;
Taux d’inflation fin période : 6,5% ;
Taux de change moyen : 1 687,4 CDF/USD ;
Taux de change fin période : 1 687,9 CDF/USD ;
PIB nominal : 97 683,7 milliards de CDF ;
Pression fiscale : 13,3%.
Face à l’expression des attentes du peuple congolais qui attend impatiemment vivre la révolution économique et sociale, le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba a estimé, lors de la présentation de ce Budget aux parlementaires, que le prix à payer demeure la mise en œuvre des reformes structurelles, la moralisation de la vie publique par la lutte contre les antivaleurs, la gestion plus saine des finances publiques.

Et maintenant que le Budget de l’Etat est promulgué et entre en vigueur ce premier janvier 2020, le Gouvernement devra s’atteler à mettre en œuvre les réformes prévues afin d’escompter les résultats attendus.

« J’en appelle à tous mes compatriotes à faire preuve du civisme fiscal. Je m’assurerai à mon tour que les revenus fiscaux servent effectivement à répondre aux besoins de notre peuple », a déclaré le président de la République dans son premier message à la Nation devant le Parlement réuni en Congrès.

Si Félix Antoine Tshisekedi est au courant de la persistance des pratiques de corruption et de l’existence des réseaux de prédation et de fraudes massives qui occasionnent des détournements et des manques à gagner au Trésor public, il est déterminé à les démanteler.

A lui d’insister : « je serai intraitable dans la lutte contre la corruption. C’est l’un des moyens de regagner la confiance de notre peuple d’abord, et celle de nos partenaires ensuite. »

Par ailleurs, le chef de l’État a signé, ce même mardi 31 décembre 2019, deux autres ordonnances présidentielles.

Il s’agit respectivement de Loi portant Reddition des comptes de la Loi des finances du pouvoir central du 24 décembre 2017 pour l’exercice 2018 ainsi que de la Loi N° 19/006 du 31 décembre autorisant la ratification de l’Accord de crédit conclu entre la RDC et l’Association internationale de développement(AID) au titre des projets multisectoriels de nutrition et de santé pour un financement de l’ordre de 250 millions de dollars américains.

election-net.com/ zoom-éco.net

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate