img

Actualités

Politique

L'Assemblée Nationale de la République Démocratique du Congo et le Conseil d'État sont-ils engagés dans une guerre sans merci ?

C'est le moins que l'on puisse dire car depuis quelques temps, les deux institutions se sont illustrés par de prises positions qui trahissent leur état d'esprit depuis l'introduction de la requête du premier Vice-président de la chambre basse du parlement déchu, Jean Marc Kabund A Kabund auprès de cette juridiction afin de solliciter l'annulation de sa déchéance par les députés nationaux.

En effet, alors que l'opinion croyait l'affaire close depuis la désignation de Patricia Nseya par la haute hiérarchie de l'Union pour la Démocratie et le Progres Social, UDPS pour être le candidat du parti en remplacement de Jean Marc Kabund à la première Vice-présidence de l'Assemblée Nationale, ce dernier a choisi de déposer sa requête auprès de cette juridiction d'ordre administratif en vue de solliciter l'annulation de son éviction.

A 48 heures de l'élection de son successeur, le premier vice président destitué a été réconforté par la réception et la validation de sa requête par les juges qui ont demandé à la chambre basse du parlement de surseoir la convocation des scrutins en attendant l'arrêt de la Cour Constitutionnelle.

Lire aussi:Élection du remplaçant de Kabund : les députés attendus ce vendredi pour le vote

Cette décision inhabituelle a fait l'effet d'une bonne dans les microcosmes politiques congolais et particulièrement au sein de la chambre parlementaire. Quelques heures avant la décision des juges, des proches de Jeanine Mabunda n'ont pas hésité de distiller des rumeurs comme quoi, le juge avait déjà sa décision en faveur de Jean Marc Kabund allant jusqu'à soupçonner le président Tshisekedi de jouer au sapeur pompier dans son but de faire revenir à tout prix l'intéressé à son poste.

Lire aussi:FLASH/Destitution du 1 er VP de l’AN: J.M Kabund réhabilité par le conseil d’Etat !

La détente n'aura été que de quelques heures car dans la journée de ce jeudi, 11 juin, le bureau de l'Assemblée Nationale, largement contrôlé par les membres du FCC, Front Commun pour le Congo de l'ancien Président Joseph Kabila Kabange a annoncé qu'il n'optemperait pas à la décision "irrégulière et anti constitutionnelle" vue que le conseil d'État, dans son rôle de juridiction d'ordre administratif, était "incompétent" de traiter une telle question.

Juste après, Jeannine Mabunda a délégué ses avocats pour tenter d'introduire sans succès, son recours car la requête a été retoquée.

« Les avocats de l’Assemblée Nationale se sont rendus ce jour jeudi 11 juin 2020 au siège du Conseil d’Etat, pour interjeter appel de la décision de surséance prononcée hier par ladite juridiction. Ils se sont vus opposés une fin de non-recevoir de la part du greffier », a annoncé la Chambre basse du parlement.

Malgré ce climat délétère, le bureau de l'Assemblée Nationale a maintenu l'élection pour ce vendredi, 12 juin conformément à son calendrier.

Devant cette situation, bon nombre d'observateurs de la scène politique
congolaise redoutent l'escalade car déjà mercredi, des sources dans l'entourage de Kabund A Kabund ont fait savoir que le bureau jadis occupé par l'ancien président Vice-président de l'institution a été tout simplement scellé juste après la propagation de la rumeur sur une possible réhabilitation de Jean Marc Kabund.

Pour le moment, il est difficile de prédire l'issue de la journée de ce vendredi car au même moment que la cour constitutionnelle sera en train de délibérer les députés seront eux, dans la salle pour élire le numéro deux de la chambre basse du parlement.

Dans ces conditions, de quel ordre devront s'appuyer les services de sécurité pour faire exécuter la décision de quelle institution d'où la crainte d'un possible débordement.
Mardi dernier, une scène quasi identique s'est produite au marché central de Kinshasa entre des forces de l'ordre et quelques manifestants venus soutenir la mesure du Vice premier ministre en charge de l'Intérieur demandant au Gouverneur de la ville de suspendre les travaux de réhabilitation de ce haut lieu de négoce de la capitale Congolaise.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate