img

Actualités

Politique

Sécurité

Deux tentes érigées en plein chaussée sur une bourgade vidée de son commerce ont abrité la quadripartite de ce vendredi 21 février. Autrefois très animé par les transactions commerciales, Gatuna est une frontière fantôme.

La forte présence militaire de part et d'autres démontre l'ampleur du conflit.
Sur chaque rive de la petite rivière de Gatuna, des militaires veillent au millimètre carré et prêts à appuyer sur la gâchette. Chaque jour, à Gatuna, des centaines de tonnes de produits vivrières traversaient dans les 2 sens.

Sa fermeture est non sans conséquences pour les populations du Rwanda et de l'Ouganda. La très attendue réouverture du poste frontalier de Gatuna n'a pas eu lieu ce vendredi 21 fevrier.

La quadripartite organisée sur place entre les Présidents joao Lourenco, Paul Kagame, Yoweri Museveni et Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo s'est terminée par la signature du traité d'extradition des prisoniers de part et d'autres.

Réunis à huis clos pendant près de 3 heures du côté ougandais de la frontière, les quatre chefs d'État ont longuement échangé , une fois de plus, sur les allégations réciproques d'actions subversives.

En clair, le Rwanda accuse l'Ouganda d'entretenir depuis son territoire des forces hostiles au pouvoir de Kigali et de son côté l'Ouganda formule les mêmes accusations contre le Rwanda; chaque pays affirme détenir les preuves.

En fin des comptes, une commission mixte a été chargée de vérifier ces allégations et des les annihiler si elles sont avérées.

C'est après les conclusions de cette commission que les 4 Chefs d'État vont se retrouver à nouveau à Gatuna pour une réouverture. La co-facilitation des présidents Félix Antoine Tshisekedi et Joao Lourenco ne se fatigue pas pour autant.

Dans le communiqué final, le sommet a reconnu les progrès réalisés dans le souci d'appliquer le mémorandum d'entente de Luanda.

election-net.com/presse présidentielle

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate