img

Sécurité

La délégation du Conseil de sécurité de Nations-Unies a bouclé ce dimanche, son séjour en République Démocratique du Congo. Arrivée depuis  le vendredi dernier dans la capitale congolais, la délégation conduite par l’ambassadeur français à l’Onu, François Delattre a rencontré toute la classe politique du pays. Ses rencontres avec le président de la Commission électorale, Corneille Nangaa, les leaders de l’opposition notamment Martin Fayulu, Freddy Matungulu, Félix Tshisekedi, Eve Bazaïba, Vital Kamerhe ou encore Adolphe Muzito étaient centrées autour du processus électoral en cours au Congo-Kinshasa. Au cours des échanges avec la CENI, la délégation a invoqué l’évolution du processus notamment les aspects liés au fichier électoral, la machine à voter et la logistique électorale. Sur ces trois points, la CENI est restée intraitable. La machine à voter qui sera utilisée lors des prochaines élections contestée par l’opposition ne devra pas être retirée. La CENI propose plutôt une rencontre technique entre les différentes parties pour aplanir les divergences. Concernant le fichier électoral dont 10 millions d’électeurs ont été enrôlés sans empreintes digitales, la CENI fait savoir qu’il s’agit des cas de personnes avec des mains ou doits amputés ; des blessures ou autres. L’institution rassure qu’il ne s’agissait nullement pas des personnes fictives comme prétendent les dire les opposants. Au sujet de la logistique électorale, la CENI se range sur la ligne de conduite du gouvernement et décline tout appui de la Monusco. Cette déconvenue a été mal vécue par François Delattre et sa délégation. Le Chef de la délégation du Conseil de sécurité a rencontré la même résistance du côté de l’opposition. Avec la délégation de la franche de l’opposition la plus représentative de la composante, le diplomate français a rencontré les mêmes revendications : pas de machine à voter, ni le fichier électoral. Fayulu, Matungulu, Kamerhe, Bazaïba, Tshisekedi, Pierre Lumbi et Bazaïba sont restés de marbres. L’assistance de la communauté internationale au processus fait aussi partie des préalables de l’opposition avant de prendre part aux prochains scrutins. C’est donc, un Conseil de sécurité visiblement débouté  qui a rencontré le Chef de l’Etat Joseph Kabila. Avec  le président de la République, les diplomates de l’ONU lui ont demandé d’accepter l’appui de la communauté internationale au processus. Ney York estime que cet appui permettra de renforcer la crédibilité des scrutins. Rien n’a filtré de la rencontre avec le numéro 1 congolais. C’est donc une difficile mission pour la délégation du conseil de sécurité de l’ONU qui devra faire rapport avant des décisions qui pourront avoir de l’incidence sur le processus électoral. José-Junior Owawa           

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate