img

Actualités

C'est sous l'initiative du Bureau d'Etudes sur l'implication de la Femme dans la réalisation des Objectifs de développement Durable à l'horizon 2030, BEIL-ODD 2030 en sigle, en collaboration avec le centre Wallonie- Bruxelles que les Kinois ont célébré ce jeudi 11 octobre au centre Wallonie-Bruxelles à Gombe le prix Nobel Nobel de la Paix 2018, à savoir le Dr Denis Mukwege.

L'événement hote en couleur a connu la participation des acteurs politiques, culturels, des défenseurs des droits de l'homme, des mouvements citoyens, journalistes et autres personnes. Dans une salle des spectacles  débordée de sa capacité habituelle de 176 places assises, tout le monde est venu témoigner de sa reconnaissance au Prix Nobel de la Paix 2018. Dans son intervention par vidéo conférence, depuis Bukavu dans la province du Sud-Kivu, l'heureux du jour, le Dr Denis Mukwege, a d'abord félicité les organisateurs pour cette initiative. Pour lui, ce prix est dédié à tous les congolais qui l'ont toujours suivi et soutenu dans ce qu'il fait comme travail. Avec des mots forts , il espère que ce prix devrait lui permettre de se battre encore plus , ensemble avec tout le monde pour les droits de la femme violée afin que justice soit faite pour éradiquer ce fléau.

Tout en remerciant tous les congolais, le  Dr Denis Mukwege a appelé les uns et les autres à ne pas baisser les bras." Il faut continuer toujours à se battre pour que cessent les massacres et les violences   contre les femmes. Pour sa part, Eve Bazaiba Masudi, Directrice du bureau d'Etudes sur l'implication de la femme pour les objectifs du Développement Durable à l'horizon 2030,  chacun devrait à l'issue de la cérémonie de ce jour, prendre l'engagement pour dire que ce Prix Nobel  a été donné au Dr Denis Mukwege, non seulement parce qu'il opère les femmes violées, mais parce qu'il mène un combat contre les violences de toute sorte que subissent les femmes."Il est anormal de connaître la floraison des militaires et groupes armés plus que les personnes. Il faut se battre pour éradiquer définitivement ce phénomène d'ici l'horizon 2030", a souligné Eve Bazaïba Masudi, la Directrice du BEIL- ODD 2030.

Le moment fort de cette cérémonie aura été sans nul doute la projection du film : "l'homme qui répare les femmes". Un film révoltant et qui aura également fait couler de larmes dans la salle.  Réalisé par Thierry Michel et Collecte Brackman , deux journalistes Belges, ce film interdit de diffusion et de commercialisation en RDC par le régime de Kinshasa, retrace en effet, tout le travail  risqué que  mène le Dr Denis Mukwege dans les opérations des fistules des femmes violées, jusqu'à leur réinsertion sociale. A le voir, le film excite tout le monde à s'engager pour changer la situation politique au pays. Et cet engagement a été aussitôt marqué par la distribution dans la salle du message de la campagne initiée par le CLC  contre la machine à voter ; un dispositif visant aux yeux de congolais comme un moyen visant à pérenniser l'actuel régime au pouvoir, chose qui ferait perdurer la situation catastrophique déplorée par tous à l'occurrence l'insécurité qui occasionne  toutes les formes de violences faites aux femmes, plus particulièrement  à l'est de la République Démocratique du Congo. L'activité avait aussi la présentation de la méga biographie du Prix Nobel de la paix édition 2018.

Election-net.com

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate