loader
img

Actualités

Candidat à la présidentielle du 23 décembre prochain, Tryphon Kin-Kiey Mulumba a présenté mardi 16 octobre  au capital du Rothana Kin Plazza, son programme  politique.  Estimé à 90 Milliards de dollars américains, ce programme est intitulé « Faire rêver à nouveau le Congo, créer la cohésion et le consensus perdus  ». Il s’articule autour de 3 piliers importants qui incarnent le rêve de ses filles et  fils. Conscient du fait que le Congo a trop souffert des guerres endémiques, des groupes armés récurrents qui ont ravagé le territoire, dégradé la politique, dévasté le tissu économique, mis plus bas que terre, avec les femmes violées et réparées par un compatriote médecin reconnu, l’initiateur de ENACE ( Entendre, Apprendre, Comprendre, Entreprendre) dit nourrir une ambition de  redonner  au Congo sa place sur l’échiquier panafricain et mondial, une fois porté à la tête de la République. Pour Thryphon Kin-Kiey Mulumba, le Congo doit devenir un pays d’attractivité pour ses citoyens, pour ses voisins, pour le Continent et pour le monde entier. « Avec son puissant potentiel, le rendez-vous électoral annoncé doit être l’occasion de mettre le Congo sur le toit du monde.», a-t-il déclaré.

 

Devant plusieurs membres et cadres du mouvement ENACE, députés et personnalités politiques, Représentant de la MONUSCO et plusieurs autres invités, Tryphon Kin-Kiey a eu des mots justes pour présenter l’économie  de son programme politique. Un programme qui part d’un état de lieu  alarmant du pays à la proposition de 50 mesures d’urgence et d’envergure, reposant sur 3 piliers principaux ,à savoir : Recréer le consensus perdu en vue de l’action ,écouter en vue de relever les défis, faire germer un mental de conquérant.

 

Dans son diagnostic, Tryphon Kin-Kiey dit constater que depuis plusieurs années, des politiques publiques ont été pensées, conçues, annoncées dans le pays mais très peu seulement  ont pu être exécutées de façon cohérente. L’ancien Ministre de PT-NTIC (Poste, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) a fait savoir  qu’il a souvent manqué de la volonté, de la détermination, de la puissance de transformation. « Des projets sociaux et économiques présentés comme «projets phare» n’ont pu être conduits à leur achèvement à la satisfaction des populations congolaises. Citons les 5 Chantiers de la République annoncés fin 2006 : infrastructures, éducation, santé, eau et, à nouveau, électricité, avant de prendre fin en 2010.Puis la Révolution de la Modernité, continuation de 5 chantiers », explique-t-il. Pour réussir  la mise en place de mesures, Tryphon Kin-Kiey préconise la mobilisation d’un budget  évalué à 90 Milliards de dollars américains repartis sur  les cinq ans  de son mandat à la tête du pays, soit 18 milliards de dollars américains par an.

 

Le candidat président de la République s’engage, à travers son programme politique, à consolider la cohésion nationale en vue du consensus perdu, qu’il considère comme  chantier de départ. « Ce sera ma fondation. La fondation sans laquelle rien ne sera fait dans ce pays », martèle Thryphon Kin-Kiey. Il nourrit en outre  un rêve fort, celui de fin d’une image déplorable, l’image de politiciens congolais ennemis à jamais, l’image de politiciens congolais opposés à tout, l’image de politiciens congolais irréconciliables pour la vie...  Une fois élu président de la République, Kin-Kiey Mulumba  promet de faire rêver à nouveau le Congo. Un engagement fort à tenir, à l’occasion de cette Présidentielle, dit-il. Cependant, il dit compter  avec l’accompagnement de ses compatriotes désormais mobilisés.

 

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate