img

Actualités

Santé

Pour manifester leur mécontentent, ces agents de la riposte du Centre de Traitement Ébola(CTE)Katwa Kirimavolo ont allumé un grand feu dans la cour. Pas d'entrée ni de sortie.

Ils se disent fatiguer de travailler pendant 2 mois sans rien toucher comme argent.Pour eux, le ministère de la santé avec qui,ils ont signé un contrat de 2 mois n'arrivent pas à honorer les clauses de ce contrat.

"Nous avons allumé un grand feu à l'intérieur du CTE parce que nous sommes en colère. Deux mois sans être payés alors que nous travaillons matin,midi et soir.Nous sommes fatigué de cette situation et nous reprendrons le travail quand nous serons remis dans nos droits.

Donc,pas d'activités dans ce CTE jusqu'à nouvel ordre",a lancé Muntari Wassy,l'un des grévistes.

Il poursuit qu'ils ont déjà posé, la question à celui qui peut répondre à leurs revendication, mais ce dernier ne leur donne pas toujours de réponse claire. Ce qui les inquiète de plus.


La société civile de Butembo se dit très touchée par la situation des grèves des agnets intervenant dans la riposte contre la maladie à virus Ébola qui sévit au Nord-Kivu plus d'une année.

Edgard Mateso vice-président de cette structure citoyenne, estime qu'il est temps que le gouvernement se penche urgement sur cette question pour n'est pas exposer la population surtout que cette maladie semble être maîtrisée dans cette partie de la province. Au besoin diligenter une enquête afin de rétablir les responsabilités et sanctionner les coupables.

"C'est la population qui est exposée.Nous sommes en période d'épidémie bien que les cas aient diminué à Butembo et ses environs,mais à Beni et en Ituri,le feu continue à brûler.

Il est donc possible qu'un contact à haut risque vienne s'infiltrer à Butembo et le compteur risque de revenir à zéro.

C'est donc une situation qui doit intéresser les autorités au plus haut niveau pour n'est pas revenir à la case de départ", souhaite-il.


Par ailleurs,les membres de la commission communication de la riposte de plus de 10 zones de santé ont aussi entamé un mouvement de grève depuis mercredi 13 novembre dernier. Ils réclament 3 mois d'arrièré de leur salaire.

Dalmond Ndungo

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate