img

Actualités

Politique

Société

Le Gouvernement congolais a reconnu le trop plein de pensionnaires dans la prison de haute sécurité d'Angenga située dans la province de la Mongala au Nord-Ouest de la République Démocratique Démocratique du Congo, RDC.

Cette préoccupation a été exprimée au cours de la réunion du conseil de ministres tenue le vendredi, 31 janvier à Kinshasa sous la présidence de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo en personne.

Selon le compte rendu fait par le ministre d'État à la communication et Médias, Jolino Makelele, ce surpeuplement a été accentué par le transfèrement de 103 prisonniers autrement incarcérés dans la prison de Kapasa de Lubumbashi, (Haut-Katanga).

Pendant ce temps, les autorités congolaises se disent toujours faire face à la persistance du banditisme dans la capitale du cuivre d'où « l'intensification des patrouilles FARDC/POLICE pour faire face au banditisme à mains armées qui persiste dans le Haut-Katanga».

Lors cette même réunion, le Vice premier ministre en charge de l'Intérieur et sécurité a fait part de la « résurgence des conflits entre les pygmées et les bantous ayant conduit notamment aux représailles de ces derniers contre les premiers cités avec bilan d'un mort du côté bantous et cinq autres du côté pygmées» dans la province du Tanganyika voisine.

Pour ce faire, les autorités affirment avoir pris toutes les dispositions nécessaires pour remédier à ces défis.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate