img

Actualités

La présidente de l'Assemblée nationale est revenue ce mardi sur les menaces qui pèsent sur son institution : sa dissolution. Au cours d'un point de presse, Mabunda s'est d'abord étonnée de cette sortie médiatique du chef de l'État.

"Lors de notre dernière rencontre entre moi et mon collègue du sénat et le Chef de l'État, nous avons tout dit, aussi bien sur la dissolution. C'était un entretien-verité. Et nous avions rappelé au Chef de l'État la ratio legis de l'article 148 de la constitution. Il ne faut pas jeter les articles de la constitution en pâtir à des incompréhensions ou à des malentendus", a-t-elle regretté.

Pour Jeannine Mabunda, ce débat n'a pas sa place à l'heure actuelle, pendant que la population est en proie à l'insécurité.

"C'est un débat accessoire et mineur par rapport à la douleur sociale que vivent nos frère et soeurs. Nos querelles politiques internes et stériles, doivent s'effacer devant l'essentiel", a rappelé la présidente de l'Assemblée nationale.

Pour Jeannine Mabunda, l'essentiel c'est la situation de Beni, le débat sur la balkanisation de la RDC, l'incertitude populaire, les violences, la faim et l'insécurité.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate