img

Actualités

Politique

Société

La marche des militants de l'Union pour la Nation Congolaise (UNC), prévue pour ce mardi 14 avril 2020 dans les villes de Bukavu (Sud-Kivu) et Goma (Nord-Kivu) pour exiger la libération de leur leader, a été étouffée par les éléments de la Police Nationales congolaise.

À Bukavu, la dispersion est intervenue après les rassemblements, dans la matinée de ce lundi, à des différents carrefours, ronds-points et autres coins chauds de la ville, de ces militants. En réaction, ces militants ont brûlé des pneus barricadants les routes afin d'exprimer leurs colère.

Par ailleurs, à Goma, les militants en colère ont barricadé les entrées des quartiers chauds tels que Katoyi, kitindo à Ndosho. Une façon pour ces derniers de réclamer la libération de leur leader.

Les éléments de la police ont usé du gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants et rétablir l'ordre public.

Il sied de rappeler que l'interfederation de l'UNC Bukavu a, dans un communiqué rendu public le lundi dans la soirée et dont une copie est parvenue à élection-net.com, appelé la population du chef-lieu de la province du Sud-Kivu, à participer à une marche pacifique pour demander la libération de Vital Kamerhe. La quelle marche avait comme point de chute, le gouvernorat de province à Bukavu où un mémorandum devrait être remis à l'autorité provinciale.

Héritier Bashige et Prince Bagheni

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate