img

Actualités

Suite à la controverse liée à la machine à voter proposée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), la structure de la société civile dénommée, le Parlement des femmes fortes avec Dieu (PFFD) lève l’option de lancer une vaste campagne de sensibilisation sur l’utilisation de cet appareil. Dans une déclaration faite ce mardi à Kinshasa, ces femmes ont non seulement fustigé la crispation du débat politique à l’approche des élections mais aussi rappelé la nécessité de trouver un consensus avant la tenue des scrutins prévus le 23 décembre prochain.

Venues de 24 communes de Kinshasa représentants les 26 provinces de la RDC, ces femmes membres du PFFD n’avaient qu’un mot d’ordre à donner : le respect de la Loi de 2015 sur les  modalités d’application des droits de la femme et de la parité entre l’homme et la femme. C’est en vertu de ces « droits » que ces femmes issues de toutes les couches de la population congolaise ont décidé de prendre position face au débat politique qui divise la société congolaise : l’emploi de la machine à voter lors des prochaines élections.

Le PFFD n’a pas d’intention de prêcher dans le désert, déjà des démarches ont été menées auprès des autorités du pays pour que la campagne de sensibilisation sur l’utilisation de la machine à voter puisse quitter le cercle politique vers la masse populaire.

Il est donc question pour Bishop Josée Rachidi, Coordonnatrice nationale de la structure, de démystifier une question d’intérêt national qui a été longtemps occultée par la classe politique laissant de côté  la population. Pour ce faire, ces femmes leaders assurent avoir eu des assurances fermes de la CENI et du gouvernement provincial de la ville de Kinshasa pour le lancement de la campagne de sensibilisation sur la machine à voter.

A cet effet, deux sites sont prévus pour cette opération de grande envergure. Le boulevard Triomphal et la Gare centrale sont les sites sélectionnés par les femmes «  parlementaires ».

Les responsables de cette structure ont profité de cette occasion pour rappeler au Président de la République, Chef de l’Etat, Joseph Kabila, les grandes lignes de leur mémorandum lui adressé pour notamment exiger l’application des prescrits de la Loi concernant la parité entre l’homme et la femme.

José-Junior Owawa.

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate