loader
img

Actualités

Des nouvelles révélations du groupe d'études sur le Congo.   Le groupe d'études sur le Congo(GEC) vient de publier sa note d'information électorale numéro 1 du mois d'avril 2018 intitulé «la controverse autour du vote électronique en RDCongo».

A travers cette publication, le GEC passe en revue tous les aspects liés à la controverse sur la machine à voter et faits de nouvelles révélations. Tout ceci intervient au lendemain de réserves de Séoul sur la question justifiées par les risques de fraude en cas d'utilisation de la machine à voter en RDC et les révélations de la commission électorale sud-coréenne sur les malversations dans la passation du marché entre A-Web miru système et CENI.                                       

 Dans cette publication le GEC rappelle que c'est face à la critique que la CENI a changé plus d'une fois l'appellation de cet outil, passant de «vote semi-électronique», puis en «machine à voter» et plus récemment en «machine à imprimer les bulletins de vote».          Déjà, lors des opérations d'enrôlement des électeurs des nombreuses machines sont tombées en panne et il a fallu plusieurs jours pour les réparer.  Donc, la CENI ne peut pas prétendre que les machines à voter ne vont pas tomber en panne le jour du vote.

Le problème, c'est que le potentiel de pannes et de confusion sera beaucoup plus grand pour les élections, au cours desquelles 84.000 machines devraient fonctionner à travers le pays en même temps.                                             

À tout prendre, le Gec note, qu'après examen de la plupart des autres pays où une forme de vote électronique a été introduite,que le processus d'adoption d'une machine à voter se déroule généralement sur plusieurs années, avec une consultation approfondie d'un large éventail de parties prenantes enfin d'éviter l'érosion de la confiance du public.  ce qui n'est pas le cas avec cette machine à voter de la CENI.  

 LYDIE BIBOMBA

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate