img

Actualités

La commission électorale nationale indépendante, CENI et les candidats président de la République se retrouvent ce mercredi pour la deuxième fois consécutive.Les deux parties devront parler de l’usage de la machine à voter fortement contestée par la majorité des prétendants à la magistrature suprême.

Cette deuxième rencontre tenue en l’espace de deux semaines va mettre face-à-face, les techniciens de différents candidats et ceux de la CENI. Ces hommes et femmes devront apporter des avis techniques susceptibles de faire changer la cours de choses. Pour l’opposition, du moins sa large majorité, la machine à voter devra être élaguée pour laisser place aux bulletins papiers à l’image de ceux utilisés lors des scrutins de 2006 et 2011. Cet argument de l’opposition n’est pas forcément accepté par le pouvoir qui prône le respect de l’indépendance de la CENI.

Autre sujet au cœur du débat entre la CENI et les candidats, le fichier électoral. Cette base de données à partir de laquelle l’institution devra s’appuyer pour organiser ses listes d’électeurs contient plus de 10 millions de personnes enrôlées sans empreintes digitales. Et pour l’opposition, il s’agit bel et bien de personnes réelles. La Logistique électorale et le financement du processus lui-même seront aussi décortiquer par les deux parties. Pour l’heure, les différents candidats contactés par election-net.com disent être sur la liste des experts à envoyer à la centrale électorale pour évaluer la viabilité de la machine à voter notamment. Mais du côté de la CENI, l’on reste convaincue que les délais des élections seront tenus avec ce dispositif malgré les divergences. Déjà, plus milliers de machines à voter ont été rapatriées dans le pays en prévision de ces scrutins.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate