img

Actualités

Politique

Les députés nationaux élus de la circonscription de Lubumbashi sont sidérés par la spoliation couplée de la profanation des tombes au cimetière de Penga-penga. Sept députés sont descendus au cimetière s’imprégner de la réalité.

Sur place, les élus du peuples ont condamnés l’acte et promis de ne pas laisser les auteurs de cette opération macabre se la couler douce. Ils ont récolté des documents qui attestent l’implication des cadres de bases de la commune annexe dans la vente des parcelles et des fours à briques dans la nécropole.

Ces actes de vente qui portent les signatures de différents chefs de quartiers qui se sont succédé au quartier Mubunda. Une preuve accablante pouvant permettre aux élus du peuple à saisir les institutions compétentes afin de dégager les responsabilités et les implications dans ce dossier

« Nous sommes là pour vous, car c’est pour cela que vous nous avez voté. Cette injustice ne restera pas impuni, et nous, nous ne voulons pas d’un pays d’injustice » a promis à la population le député Kabwe Banza Papy-Séoul au nom de tous ses paires.

Deuxième étape, c’était l’hôtel de ville où les représentants du peuple ont échangé avec le maire de la ville sur cette question. Avec Lubaba Buluma, les députés se sont montrés intransigeants pour que les coupables purgent une sanction exemplaire.

Après l’étape de la Mairie, c’est finalement au gouverneur que les élus du peuple se sont rendus.


Ils ont exprimé leurs indignations au chef de l’exécutif provincial su la profanation des tombes. Une réalité inquiétante pour les « bantous » qui sont caractérisés par le respect des morts.

« Le gouverneur nous a écouté. Et il nous a affirmé qu’il suit ce dossier de très près pour dénicher les coupables. Pour cela nous sommes soulagés » a indiqué le député Matthieu Kasunka en répondant aux questions des journalistes.

C’est depuis le 1er Août que la consternation a éclaté à Lubumbashi après que les plusieurs personnes ont découvert que les tombes de leurs êtres chers partis dans l’au-delà avaient été rasées et que des maisons d’habitations y ont été érigées.

En guise des protestations, les membres de ces familles ont mis à sac les bâtisses.

Pour l’instant des voix s’élèvent pour que la mairie construise un mémorial sur la partie du cimetière spolié.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate