img

Actualités

Économie

Politique

Société

Un cambiste et un commissionnaire d'echange de monnaie de la sofibanque sont interpellés par l'Agence Nationale de renseignements du Haut-Katanga depuis ce matin pour des raisons qui restent encore à élucider. Le service de renseignement a également confisqué à ces deux hommes plus de 167.940 $ (Cent soixante-sept mille neuf quarante dollars) par la même occasion.

L'information a été livrée cet après-midi par le cadre de concertation de la société civile du Haut-Katanga dans un communiqué de presse qui est parvenue à Electionet-net.com. Les organisations non gouvernementales signataires de ce document expriment leur désapprobation au sujet de cette arrestation.

Le mobile de l'ANR…

En effet, selon la société civile, la démarche de l'agence Nationale de Renseignements relève d'une véritable combine savamment orchestrée par l'ANR et des sujets libanais. Tout part avec une alliance d'une trentaine des cambistes qui ont fait une collecte des fonds de plus de 167940 USD auprès de la Sofibanque appartenant aux libanais.

Ces changeurs de monnaie délèguent Ben Lukoji leur collègue et un dénommé Nzembela qui est en réalité un commissionnaire d'échange auprès de la Sofibanque et qui aurait un litige avec un sujet libanais. Cette Banque aurait agit de concert avec l'ANR pour exposer le commissionnaire en livrant l'information et le faire appréhendé juste au moment où il venait de percevoir l'argent, relève le communiqué de la société civile qui confirme"que le parquet général de la République aurait été saisi par l'ANR pour un transfert de fonds et de deux personnes arrêtées".

Réactions des cambistes…

Exaspérés par cette arrestation de leur collègue couplé de la confiscation de ce montant, le cambistes de la ville de Lubumbashi ont menacé de descendre dans la rue. Ils ont été empêchés momentanément par le cadre de concertation de la société civile qui promet de tenir la Sofibanque pour responsable en cas des troubles sur la ville ainsi que les responsables de l'ANR pour avoir malignement des fonds appartenant à des paisibles citoyens avertit le cadre de concertation de la société civile.

Le cadre de concertation de la société civile déplore qu'une fois de plus l'ANR procède à l'arrestation des citoyens pour des faits purement civils et ne relevant en rien à l'atteinte à la sûreté de l'État.

Cette organisation exigé en outre de l'ANR la restitution des fonds ainsi que la libération sans condition du cambiste et du commissionnaire d'échange arrêtés.

La Rédaction

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate