img

Actualités

Sécurité

Journée très tendue et à haut risque ce mercredi à Lubumbashi. À la base, une marche, contre l'insécurité, organisée par des jeunes qui se sont indentifiés comme de l'UDPS. Partis de Matshipisha, les manifestants scandaient des chansons hostiles gouverneur de province. Certains n'ont pas hésité à réclamer la démission de Jacques Kyabula Katwe et de son ministre de l'intérieur et sécurité.

Arrivés au gouvernorat, ce groupe a été rejoint par d'autres groupes venu du quartier Kalebuka qui a été le théâtre des cas d'insécurités la nuit de dimanche à lundi. Après le dépôt du mémorandum au vice-gouverneur, un des organisateurs a promis d'intensifier ces manifestations jusqu'à la fin de l'insécurité dans la ville de Lubumbashi.

Réactions du PPRD

La réaction des partis du FCC ne s'est pas faite attendre. Des jeunes se sont reunis au siège du parti prêts à affronter les pourfendeurs du gouverneur Jacques Kyabula. "Une provocation de trop " ont-ils qualifié cet appel à la démission du gouverneur de province. Finalement, les esprits se sont calmés grâce aux appels de la hiérarchie a expliqué un des leaders des jeunes :

" Nous sommes un parti discipliné. Voilà pourquoi nous garderons cette discipline uniquement parce que notre hiérarchie nous l'a demandé. Mais prochainement, tout celui qui nous cherche verra du feu" a déclaré Prescillia Pande, commissaire en charge du social.

A quelques mètres de là, les militants du FONAFEC, un autre parti du FCC dont est issu le ministre provincial de l'intérieur et sécurité étaient dans la rue. Les jeunes de ce parti ont également mis en garde une quelconque communauté qui s'attaquera à son président fédéral Bobo Malulu dont la démission est réclamée .

Face à cette escalade verbale, le groupe thématique gouvernance sécuritaire de la société civile appelle à la depolitisation de la question sécuritaire dans la province du Haut-Katanga. La société civile interpellé également les leaders à ne pas non plus tribaliser ce dossier. Car les malfrats n'épargnent aucune tribu, ni aucune race.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate