img

Actualités

Politique

La première réunion interinstitutionnelle entre le Gouverneur de la Province du Haut-Uele et le bureau de l’Assemblée Provinciale a eu lieu dans la soirée de ce lundi, 20 Avril au siège de l’organe délibérant à Isiro, siège des institutions provinciales.

Au cours de ces échanges inédits, Christophe Baseane Nangaa et les membres du bureau conduits par Afaounde Afongenda Sumbu ont fait le tour d’horizon de la situation sociopolitique et économique de la province depuis leur avènement au pouvoir.

Au sortir de cette séance tenue à huis-clos, le Rapporteur de l’Assemblé provinciale, Joseph Mandi a fait savoir que les deux parties ont procédé à l’évaluation sans tabou des questions liées à la marche de la province en soulevant des points forts et faibles en vue de planifier l’avenir avec beaucoup de sérénité.
Parmi les points soulevés lors de cet entretien, la troisième personnalité du parlement provincial a invoqué l’amélioration des conditions sociales des élus et celles du personnel tant politique qu’administratif de l’institution et le souci de multiplier les réunions interinstitutionnelles afin d’aplanir les divergences entre le Gouvernement provincial et l’Assemblée provinciale en cas de besoin.
Joseph Mandi a surtout fustigé la récupération politique des deux correspondances adressées au Gouverneur de province et au Président de l’Assemblée provinciale.
« Nous décrions ça parce qu’il y a des choses purement administratives qui n’ont pas vocation d’être publiées à travers les réseaux sociaux », a-t-il déclaré à la presse avant de rassurer l’opinion sur la bonne attente entre les deux institutions.

Prenant la parole, le Vice-Président de l’Assemblée Provinciale, Hervé Ndute a également confirmé la détente entre les deux parties après l’évaluation de la situation avant d’adresser un message d’apaisement à la population.

« Les leaderships de mon Président de l’Assemblée provinciale et de son Excellence Monsieur le Gouverneur ont joué pour revenir au cadre interinstitutionnel très apaisé», a-t-il précisé avant de reconnaitre la tournure politique prise par leur initiative tout tranquillisant : « Loin de nous l’intention de nuire au développement de la province du Haut-Uele engagé depuis une année, de créer des fissures autour du leadership actuel. La province prend une image jamais revue il y a plus de 30 ans. Que personne ne puisse récupérer cette situation pour dire que voilà, voilà ce qu’ont disaient, c’est accompli. Et quant à moi, je ne déroberai pas à ma tâche d’accompagner le Gouvernement provincial dans le travail qu’il est en train de faire… »

Quant au Président de l’Assemblée Provinciale, Afaounde Afongenda Sumbu, il s’est dit satisfait du dénouement de la situation en lançant lui aussi, un appel au calme en direction de la population.

« J’ai fait double réunion aujourd’hui, d’abord avec les quatre membres du bureau et ensuite élargie au Gouverneur de province », fait-il remarquer d’emblée avant d’apaiser avoir prise en compte les observations contenues dans la correspondance qui lui a été adressée par ses quatre collègues afin d’améliorer sa prestation pour l’intérêt supérieur d’une province du Haut-Uele qui n’aspire qu’à une chose : son développement intégral dans un climat de paix sociale.

« Il n’y a pas crise dans le Haut-Uele. Ce qui est arrivé, ce sont des récupérateurs politiques qui ont voulu dramatiser quelque chose (Ndlr : correspondance) qui nous a été adressée à l’interne et que nous devrions tout simplement nous rencontrer comme c’est cas aujourd’hui », commente pour sa part le Gouverneur de la province du Haut-Uele au sortir de la rencontre avec les élus provinciaux.

« Nous avions voulus, à travers cette démarche, montrer au monde particulièrement aux autres provinces de notre pays, que chaque fois qu’il y a un problème, il faudra que les hommes politiques se retrouvent pour se parler, se faire des concessions en acceptant les uns et les autres avec leurs qualités et défauts dans la tolérance et l’amour afin de barrer la route aux démons de la division. Dans ces correspondances, ont parlaient de deux babudu, (Ndlr : son ethnie), je suis très content que les miens puissent prouver qu’ils ne sont pas tribales parce qu’ils ont signé, selon ces gens-là, contre moi. Ce n’était pas qu’ils sont contre le Gouvernement car ce que ce dernier est en train de faire est largement suffisant parce que notre politique était d’abord adressée à la classe prolétarienne en privilégiant les investissements. Nos engins sont arrivés et nous sommes aujourd’hui indépendants et capables de capitaliser ça afin de booster notre province qui est la mieux située aujourd’hui pour bien faire», a-t-il martelé tout en réaffirmant sa détermination à maintenir la croissance économique en cours en dépit de l’impact de la pandémique du Coronavirus sur les économies des pays.

election-net.com/ Cellcom-Gouvernorat

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate