img

Actualités

Éducation

La publication, par le ministre de l'Enseignement Supérieur et Universitaire, ESU vient éclairer la lenterne de plus d'un mbandakais qui s'inquiétait de voir les comités de gestion des établissements supérieurs et universitaires de la province de l'Equateur imposer aux étudiants le payement d'un montant exagéré.

Le comité de gestion de l'ISTM Mbandaka en est pris comme exemple de cette pratique «tendant à appauvrir» les parents des étudiants, au profit des Recteurs et Directeurs Généraux des universités et instituts supérieurs.

Un membre de ce mouvement citoyen qui a recquis l'anonymat interrogé par election-net.com, l'ISTM demande aux nouveaux inscrits de payer 60.000 FC en premier graduat, au lieu de 16.470 FC, tel que fixé par le ministre de tutelle dans l'instruction académique 021 en vigueur.

C'est dans un communiqué signé par le DG de l'Institut Supérieur des Techniques Médicales que les nouveaux inscrits sont sommés de payer la somme, «en violation intentionnelle» de la décision prise par le ministre de l'ESU Thomas Luhaka.

«Cette pratique est contre la vision de donner accès aux congolais à l'Université selon le souci du Président Fatshi, (Ndlr: Félix Antoine Tshisekedi) tel que matérialisé par l'actuel ministre de l'ESU qui a revu à la baisse les frais dans les Établissements Supérieurs Publics», déplore-t-il.

«Nous en appelons à l'implication du ministre de l'ESU pour l'éradication de cette honteuse pratique qui ternit l'image de notre système d'enseignement universitaire, on ne devient pas DG pour s'enrichir derrière le dos des parents des etudiants», conclu-t-il.

Rédaction

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate