loader
img

Actualités

Conformément au calendrier de la Commission électorale nationale indépendante, la campagne électorale a été officiellement lancée depuis le week-end dernier à travers les 24 provinces concernées par ce scrutin sur les 26 que compte la République Démocratique du Congo.

Dans la province de Haut-Uele, deux candidats se disputent le gouvernorat. En lice, Jean-Pierre Lola Kisanga et Christophe Baseane Nangaa. Le premier, chef de l'exécutif depuis trois ans a eu la lourde responsabilité de défendre son bilan diversement apprécié par les grands électeurs ( députés provinciaux), le second, homme d'affaires prospère qui a fait fortune dans le commerce général est considéré par une bonne partie des électeurs comme étant le candidat du changement. Retour sur le parcours d'un homme dont le destin se confond parfois avec celui de sa province.

Entre Christophe Baseane Nangaa ( CBN) et la province de Haut-Uele c'est une histoire d'amour, dirait-on dans l'entourage du candidat gouverneur de province. Homme d'affaires qui a fait ses premiers pas dans les secteurs minier et immobilier sur la terre qui l'a vu naître il y a de cela 47 ans, Christophe Baseane Nangaa doit tout pour un Haut-Uele qui lui a aussi tous donné. Une donne devenue presque toute une file rouge de son combat politique. Novice en politique, «CBN» sait pertinemment que sa mission à tête de  Haut-Uele est presque prophétique pour lui qui n'a jamais échoué dans le domaine privé jusqu'à devenir un modèle pour sa génération. 

Meilleur élu provincial de Haut Uele avec un score fleuve de plus de 40 mille voix, «CBN» est aussi devenu, depuis mars dernier, l'un des quatre sénateurs de sa province. Malgré cela, l'homme n'a jamais oublier que son objectif premier est et reste celui de gouverner sa province, pour revolutionner les choses. « Wamba d'abord, puis Haut-Uele d'abord», voilà comment se structure la pensé politique de ce fils de Gombe dans les confins du territoire de Wamba.

Pragmatiste, comme tous les familiers Christophe Baseane Nangaa propose un grand projet de réhabilitation et de modernisation des infrastructures routières pour désengorger sa province. Grâce à sa position hautement stratégique caractérisée par la présence d'aux moins  trois frontières notamment avec le Sudan du Sud ou la République Centrafricaine, le Haut-Uele est à même de se développer grâce aux échanges commerciaux entre les opérateurs économiques.

Issu lui-même du monde des affaires, « CBN» se dit convaincu de booster l'émergence de cette province considérée comme étant l'une des provinces les plus potentiellement riches mais dont la plupart part de sa population vie dans un misère d'un autre temps. Hormis l'ouverture de la province à l'extérieur du pays, Christophe Baseane Nangaa voudrait intensifier des échanges commerciaux avec des provinces tels que l'Ituri, la Tshopo, le Bas-Uele. Dans ses projections, le candidat gouverneur envisage de livrer une guerre sans merci aux Mbororo dont les bastions se trouvent être les territoires de Dungu et Faradje. Son approche en la matière reste l'implication des notables de ces coins dans la résolution de ce phénomène qui dure depuis plus de 20 ans.

Isiro, capitale provinciale du Haut-Uele  qui peine à se débarrasser de son passé du Chef lieu du territoire de Rungu ou encore celui du district à cause de la vétusté de ses infrastructures devra recevoir une bonne douche dès les 100 premiers jours du gouvernement Baseane à en croire l'entourage du candidat gouverneur qui devra s'exprimer cet avant midi à l'hémicycle provincial. Pour l'heure, l'homme poursuit ses consultations avec les différentes personnalités de la province, question de ratisser large pour «un combat dont l'issue semble être connue avant même son début», se vente un élu proche du candidat. Des sources concordantes à Election-net.com, Christophe Baseane Nangaa serait bien parti pour l'emporter grâce à d'énormes ralliements et défections dans le camp de son challenger.

La campagne électorale qui devrait se cantonner dans la salle de l'hémicycle se serait-elle transportée sur les rues d'Isiro où dans les grands places, la population ne cesse de se s'inviter dans le débat en pronisticant sur les tendances pour ce scrutin qui devra intervenir mercredi prochain.     

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate