img

Politique

Né le 14 juin 1966 à Kinshasa, la capitale congolaise, marié et père de cinq enfants, Basile Kanda Kajingu a fait ses études primaires à l’Ecole Primaire 2 Lokari dans la municipalité de Masina où il décroche son certificat de fin d’études primaires avant de faire ses premières années du Secondaire à l’Athénée de la Gombe. Quelques années plus tard, il a dû quitter son Etablissement pour intégrer l’Institut Technique Commercial de Barumbu où il décroche son Diplôme d’Etat.


Quant à ses études supérieures, Basile Kanda Kajingu décide de les faire à l’école de Formation Bancaire et d’Assurances (EFOBANC). Là, nous sommes en 1990. Ici, il obtient son diplôme sans trop de difficultés. Apres ses études supérieures, «BKK» est embauché au sein de la Société MAFRICOM à Kinshasa en qualité de Gérant. Son séjour à Kinshasa n’était que de quelques années, il sera muté par la suite à Lubumbashi, la capitale du Haut-Katanga. Sur place, il est Directeur de succursale et cela, pendant 4 ans.

Brillant, «BKK» n’a pas tardé d’évoluer de ses propres ailes.

Arrivé en Afrique du sud, l’expert en Finances décide de mettre en place sa propre Société : «BASILE KANDA Corporation». Dans la nouvelle structure, le Promoteur devient lui-même Manager Général pendant plus d’une dizaine d’années.

En 2016, Basile Kanda intègre le domaine de l’audiovisuelle. Directeur Général de la chaine de télévision en ligne TKRG TV. Depuis son entrée dans cet univers, «BKK» vient d’embrasser une carrière qu’il chérissait tant. La Politique et le Journalisme étant les deux grandes passions de ce dernier.

Ses débuts en Politique commencent par l’Union pour la Nation, qui soutenait le Candidat Jean-Pierre Bemba à la présidence de la République dans la ville de Lubumbashi en 2006.

Resté en Afrique du Sud où il occupait la position de Coordinateur Fédéral pour l’Afrique Australe du PSN, «BKK» revient au pays en février 2017 où il est élevé au rang de Secrétaire Général Adjoint et Porte-parole du Parti, en charge des questions stratégiques concrètes. Le 29 mai de la même année, il devient Secrétaire Général du PSN, «Peuple au service de la Nation», jusqu’à ce jour.  J’ai pu, grâce à Dieu, matérialiser mes passions. Journaliste de la chaîne Wantashi TV à Lubumbashi, Directeur d’une chaine de télévision. Je suis Politicien non seulement par passion, mais aussi parce que je pense que les Congolais méritent mieux dans ce pays et qu’ils doivent tous s’engager de plein pied dans la politique puisque nous pensons que la classe politique qui nous dirige actuellement a échoué sur tous les plans», déclare-t-il devant l’équipe d’élection-net.

«Depuis 1960 jusqu’à ce jour, le Congo n’a connu qu’une seule classe politique, et ceux qui sont aujourd’hui dans l’opposition ont, pour la plupart, eu d’une manière ou d’une autre une part de responsabilité dans la situation catastrophique que vit le pays aujourd’hui et il est grand temps que le Congo puisse renouveler sa classe politique afin que nous ayons des Politiciens honnêtes qui ne font pas de la politique une carrière, mais qui sont d’abord des citoyens engagés et qui se mettent à la disposition de la Population comme un pont pour arriver à changer la donne politique du pays», déclare-t-il avec force.

Candidat Député National aux prochaines élections, «BKK» reste imperturbable sur son rôle d’un citoyen très engagé pour la cause de son pays. «Je reste un citoyen congolais engagé qui fait la politique pour changer la donne de ce pays», martèle-t-il. «TSHANGU_MERITE_MIEUX» est le slogan de campagne choisi par BKK,  parce qu’il estime que lors de deux scrutins passés, celui de 2006 et de 2011, plusieurs candidats quittaient les contrées lointaines pour se servir de la population de la Tshangu en offrant des petits présents.

«Tshangu possède des centaines des Candidats, mais une chose est vraie, est que Tshangu sait reconnaitre les siens», déclare ce natif de Masina pour expliquer sa confiance sur ses prochains électeurs.  «La Tshangu qui a donné autrefois ses voix pour 3.000 FC a besoin aujourd’hui d’un discours convaincant et des promesses qui seront réalisées par ses originaires», insiste-t-il.

«J’ai totalement confiance en moi parce que je suis un natif de la Tshangu. J’ai passé mon enfance dans le terrain SADELMI à Masina au Quartier 3».

 

Jose-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate