loader
img

Actualités

[caption id="attachment_3465" align="alignnone" width=""]@Patrick AbelyMuhindo Nzangi ,lors du dépôt de sa candidature pour le Gouvernorat du Nord-Kivu[/caption]

La bataille pour le gouvernorat du Nord-Kivu a bel et bien commencer, dans les États major des partis politiques pour occuper le musée de Himbi, ancien palais de l’ex chef d’Etat Mobutu  qui sert aujourd’hui, de cabinet de  travail pour le gouverneur de province  en poste à Goma. En effet La commission électorale Nationale indépendante organise les élections retardées des gouverneurs et vice gouverneurs le  30 mai 2019  prochain pour trouver un successeur de Julien Paluku Kohongya  gouverneur de province depuis près de douze ans. La centrale électorale a reçu 6 candidatures qui ont été par la suite validées, parmi elles, 4 de Lamuka,une du FCC et une autre d'un indépendant.

Les derniers résultats des élections législatives provinciales  démontrent, que les plateformes  pro Katumbi  MS, G7, AR etc ..ont obtenu une majorité à l’assemblée provinciale du Nord-Kivu avec ses 24 députés , contre le Front Commun pour Congo (FCC)  qui na eu que 19 élus dans ce parlement provincial  contrairement  à d’autres provinces  d’où il a eu la quasi-totalité des sièges.

En prélude de ces élections, le  Front Commun pour le Congo a aligné une seule candidature  celle de Nzanzu Kasivita, proche de l’ancien gouverneur Paluku, par contre la coalition Lamuka  elle, s’en va, en ordre dispersée  avec 4 candidatures  celle de Muhindo Nzangi, Jean Paul Lumbulumbu, Éric Kamavu et Venant Tshipasa, tous membres de la plateforme Ensemble pour le changement. Pour rivaliser à un autre indépendant qui parait outsider Théobald Binamungu.

L’assemblée provinciale du Nord-Kivu sur les 44 députés provinciaux ,les 24 de Lamuka semble ragaillardir les ambitions de vouloir l’emporter in extrémis  le poste du gouverneur de province, loin de calcul la divergence au sein de la coalition pro Katumbi  étant de l’opposition  peut perdre aussi ce combat, car  le FCC peut compter sur son hameçon pour briser cette majorité rester avec le contrôle de la province en faisant élire son candidat Kasivita.

Face à cette situation, qui peut  balisé  le chemin pour un, candidat outre que celui de Lamuka qui sur papier a déjà acquis la province, il faudrait des tractations pour ne pas donner la voie une défaite.

 Alors que des discussions semblaient être pour un candidat consensuel, pour l’élection de Gouverneur, certains membres «  au sein de Lamuka »  ne décolèrent pas à l’endroit du député Muhindo Nzangi, des dizaines des militants de partis politiques « essentiellement membre de Lamuka » ont envahi les rues de Goma dans une marche pour s’opposer à la candidature  de celui qui parait favori sur la piste même si les grandes instances n’ont jusque la décider concrètement sur  lui, qualifié d’amateur, tribal, détourneur Muhindo Nzangi peut-il encore bénéficier du soutien de ses pairs ? Seule les grandes instance peuvent trancher pour voir Lamuka obtenir une seconde province après celle de Mongala.

 

Patrick ABELY

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate