img

Actualités

En Corée, Le président de la CENI , Corneille Nangaa a déclaré que «très peu» de Congolais dans son pays s’opposent à la machine à voter fabriquées en Corée.

Corneille Nangaa, président de la commission électorale en République démocratique du Congo, a déclaré mardi 04/09/2018 à Séoul que "très peu" dans son pays s'opposent à l'idée d'utiliser les machines à voter de fabrication sud-coréenne en Afrique.

Les élections présidentielles ont été retardées le 23 décembre, juste un jour après que la police congolaise eut dispersé violemment une manifestation contre la machine à voter à Kinshasa. Le Congo n'annulera pas l'affaire avec son fournisseur coréen malgré les pressions de la communauté internationale et des manifestants congolais, a-t-il ajouté. "Bien sûr, il y a des gens qui sont contre l'idée de l’utilisation de la machine dans notre pays", a déclaré Nangaa, actuellement en Corée pour une visite, lors d'une conférence de presse mardi à l’hotel Grand Hyatt à Seoul. Il s'est exprimé en français tout au long de l'événement et un interprète franco-coréen l'a aidé. «Mais je peux dire que cela ne représentent qu'une très faible proportion de notre population. De tels groupes ne comprennent que 10, 15 personnes et ils ont exprimés des idées sans fondement et ni preuves solides.

 Les prochaines élections au Congo visent à mettre un terme à la crise politique qui ronge l’Afrique centrale,  et qui a provoqué des manifestations meurtrières. Une grande partie de la violence qui sévit dans le pays est liée au président sortant Joseph Kabila, qui est resté au pouvoir au-delà de la limite de deux ans fixée par la Constitution en retardant délibérément les élections.La société coréenne la plus controversée Miru Systems fournit quelque 105 000 machines au Congo dans le cadre d’un contrat de 150 millions de dollars. L’affaire a suscitée des critiques, y compris les États-Unis, les activistes congolais et Human Rights Watch, disent que les machines risquent fortement de compromettre la fiabilité du vote à venir, des millions de personnes étant analphabètes et n'ayant pas accès à l'électricité.Lundi, juste un jour avant la conférence de presse de Nangaa, quelque 22 militants pro-démocratie au Congo ont été violemment détenus par la police à Kinshasa, pour avoir organisé une manifestation pacifique contre l'introduction des machines fabriquées en Corée, devant le bâtiment de commission électorale, selon des reportages.

Les affirmations de Nangaa faites mardi - que seuls quelques Congolais sont contre la décision de la commission électorale d'utiliser les machines - sont également  différentes des résultats d'une enquête récente publiée par Congo Research Group, une ONG basée à New York spécialisée dans les projets de recherche sur les conflits au Congo.Kim Yong-hi, à la tête d’A-Web et du NEC de Corée, est actuellement sous le coup d’une enquête menée par la justice coréenne  sur des allégations de détournement de fonds et de corruption, et tant d’autres. Les machines de Miru ont également provoqué des critiques dans d’autres pays en voie développement démocratique, notamment en Irak et en Argentine. Nangaa a déclaré que bien qu’il est au courant que Kim était actuellement en train d’être interrogé par l’accusation, cela n’a rien à voir avec l’affaire du Congo et Miru Systems. Il a également déclaré que le Congo resterait membre d'A-Web, en dépit des controverses en cours impliquant son ancien chef Kim.

Le rapport du Congo Research Group comprend également une allégation selon laquelle le fils de Norbert Basengezi Katintima, vice-président de la CENI du Congo, aurait travaillé pour Miru Systems en Corée du Sud et aurait utilisé ses relations personnelles pour conclure le contrat. Des allégations similaires ont été faites par un certain nombre de médias étrangers, dont Jeune Afrique, un hebdomadaire de presse francophone panafricain. Interrogé sur cette allégation lors de la conférence de presse, Nangaa a déclaré que le fils de Katintima, qui travaille actuellement pour la CENI, a étudié en Corée du Sud, mais qu’il n’a jamais travaillé pour Miru Systems. "De tels reportages irresponsables et inexacts sont inacceptables", a déclaré Nangaa.

                                                                                          

 

 Koreaherald/ Election-net.com

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate