img

Sécurité

Santé

Politique

Actualités

Ph d'illustration

Une personne sur cinq vit avec une forme de trouble mental, allant d'une dépression légère ou d'une anxiété à une psychose. Près d'une personne sur dix vit avec un trouble mental modéré ou grave, ces précisions sont d'un professionnel de la Santé mentale déclarées au cours d'une interview accordée à election-net.com ce mercredi.

EMMANUEL HAMUL Admini-James, Psychologue clinicien révèle qu'il y plus multiples troubles qui frappent les personnes vivant dans les zones de conflit, notamment : la dépression, l’anxiété, le syndrome de stress post-traumatique, le désordre bipolaire, troubles du comportement.

Comment s'y prendre ?

 ''Nous invitons donc, cette autorité en compétence de déterminer les ressources disponibles avec des capacités des connaissances nécessaires pour soutenir cette population en situation de stress aigu avec un risque très élevé de développer les troubles les plus légers au plus graves. À évaluer les besoins en santé mentale des populations du Nord Kivu qui est d'une importance primordiale'', a-t-il indiqué à election-net.com 

Il a par ailleurs indiqué qu'il est nécessaire de renforcer les systèmes de santé pour les troubles mentaux. Et ce, pour préparer la province du Nord-Kivu, en particulier et le pays en général, en cas de situation d'urgence humanitaire, cas des conflits armés comme ce qui est vécu en territoire de Nyiragongo et de Rutshuru.

Enfin, ce professionnel en santé mentale a indiqué qu'un guide pratique en santé mentale pour aider à établir et à développer un soutien en matière  de santé psychosociale dans les situations des conflits armés devait être une urgence.

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate