img

Actualités

Sécurité

L'arme d'un militaire FARDC a été ravie par des présumés Maï-Maï à Kisalala, un village situé sur le tronçon routier Beni Butembo. La société civile locale qui alerte sur le fait explique que la scène remonte du 1 janvier 2020 tard dans la soirée. Toutefois la société civile reste sceptique. Elle veut voir les autorités militaires diligentées les enquêtes pour affirmer la thèse des présumés Maï Maï qui auraient ravi l'arme.

« Il faut que la justice militaire diligente la procédure pourqu'on voie si ce sont les civils qui ont ravi l'arme ou c'est le militaire qui a vendu l'arme. Nous nous n'allons pas infirmer ou affirmer que l'arme a été ravie sauf nous plaçons confiance à la justice», a indiqué Mumbere Wangeve Roger, président de la société civile de Bashu à election-net.com.

A cette occasion, quelques jeunes ont été arrêtés par les militaires. Ils sont soupçonnés dans ce dossier. Le militaire ,quant à lui, a été acheminé à l'hôpital après sa blessure au visage pendant l'altération.

Dieudonné Paluku depuis Beni

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate