img

Actualités

 

Coordonnateur de la Dynamique de l’opposition pour l’unité d’action, Martin Fayulu Madidi n’accorde  visiblement aucune crédibilité au processus électoral conduit par la Commission électorale nationale indépendante. Dans un communiqué de presse parvenu à Géopolis Hebdo, ce député de Kinshasa dit ne pas comprendre l’acharnement de la CENI d’utiliser la machine à voter pourtant déboutée par une bonne partie de la population.

Martin Fayulu exige donc, l’abandon du dispositif technologique proposé par la Centrale électorale. Pour la plateforme de l’opposition, « après plusieurs stratagèmes entrepris pour se maintenir au pouvoir au-delà de son mandat constitutionnel échut depuis le 19 décembre 2016, », le président  Joseph Kabila a « poursuivi sa fourberie en torpillant l’Accord du 31 décembre 2016 aux termes duquel les élections devaient se tenir à la fin du mois de décembre 2017. La Dynamique note que le Chef de l’Etat, a systématiquement saboté l’Accord de la Saint Sylvestre pour se maintenir au pouvoir. Une attitude dénoncée par la coalition qui dénote « sa détermination à ne pas organiser les élections transparentes, crédibles et apaisées, donc à ne pas quitter le pouvoir ».

Mais pour la Dynamique, « l’instrumentalisation de l’Assemblée nationale et de la CENI par le vote d’une loi électorale introduisant le seuil de représentativité et le vote censitaire au travers d’une caution exorbitante d’une part, ainsi que l’insistance sur l’utilisation, illégale par ailleurs, de la machine à voter et la construction d’un faux fichier électoral, d’autre part », risque de créer de tensions dans le pays, d’où son plaidoyer  d’obtenir l’abandon du dit projet de la machine à voter.

Dynamique de l’opposition la « TSK », toujours une option !

Sans déclaration, la plateforme « continue d’exiger une TRANSITION SANS KABILA qui libérera le processus électoral confisqué. Cette Transition ouvrira la voie à des élections crédibles, transparentes et apaisées pour une réelle alternance démocratique et le retour à l’ordre constitutionnel ». Une option difficile à obtenir pour l’opposant qui en   en a bien conscience. Fayulu lance un appel à la population pour soutenir ce projet. Il « rappelle à l’opinion nationale et internationale que le boycott des élections n’est pas dans son discours politique. Il demande au peuple congolais de rejeter catégoriquement la machine à voter que les congolais qualifient désormais de machine à ‘’voler’’.»

Dynamique de l’opposition, le fichier électoral toujours d’actualité !

Malgré la conclusion des débats hier à la chambre haute du parlement articulé  autour de la loi sur la répartition des sièges, la Dynamique  « exige que la CENI mette à la disposition du public tout le dossier d'appel d'offre international relatif à l'audit du fichier électoral, y compris la lettre adressée à l'OIF lui demandant de conduire l'audit ainsi que la réponse de cette dernière. » Martin Fayulu n’a pas non plus oublié l’exigence de la plateforme sur « l'audit financier de la CENI par une organisation internationale indépendante » avec un accent sur le budget de l’enrôlement : la CENI doit justifier les 400.821.568 dollars dépensés pour la constitution de ce faux fichier, martèle le communiqué de l’opposant. Martin Fayulu « informe enfin l’opinion nationale et internationale que sa plateforme  tiendra sa troisième Convention les 29 et 30 mai prochains et à l’issue de laquelle, la Dynamique lèvera des grandes options en rapport avec les défis politiques et les menaces qui pèsent sur l’avenir de notre pays.

 

José-Junior Owawa

 

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate