img

Actualités

Politique

Sécurité

La multiplicité de groupes rebelles dans le territoire de Lubero en province du Nord Kivu est lœuvre d'une certaine complicité des éléments FARDC qui seraient en permanente collaboration avec les miliciens, c'est ce qu'a révélé Aisé Kanendu élu du territoire de lubero au cours d'une interview accordée à election-net.com ce mardi 17 décembre 2019.
Pour ce parlementaire, l'insécurité grandissante dans son fief électoral a toujours été entretenue par les groupes MAI-MAI, d'où la nécessité pour le gouvernement congolais de multiplier ses efforts pour instaurer l'autorité de l'État.

"Il n'y a pas de collaboration entre population et groupes armés, c'est plutôt l'armée qui collabore avec les miliciens, vous verrez les mai-mai avec des armes neuves et même de tenus FARDC, où ils trouvent cela? Il y a beaucoup d'histoires qui se passent chez nous, les miliciens donnent aux FARDC les chanvres et l'or en échange avec des munitions, cela est connu et c'est la population qui est martyrisée malheureusement", A t-il signifié.

La traque des groupes armés doit se faire sans complaisance

Pour l'élu de Lubero, il faut que la traque des groupes rebelles soit faite urgemment pour faire revenir la paix dans plus d'une entité de ce territoire.
"L'on doit traquer ces groupes rebelles sans préférence aucune, l'opération militaire n'est pas une affaire humanitaire ou un projet qui demande que les gens se mettent d'abord pour agir, la population est en train de Mourir, voilà pourquoi j'exige que l'armée puisse traquer Tous ces groupes, il n'y a pas d'interruption pour l'armée de traquer l'ennemi, c'est un travail de routine, un travail de chaque jour, lorsqu'on politise les opérations militaires cela affaibli et la collaboration entre les FARDC et la population est malheureusement brisée," a t-il indiqué.

En finissant il a félicité tous ces miliciens qui ont témoigné cette volonté de servir la République en se rendant aux forces de l'ordre. Pour lui, il faut qu'il y ait une étude cas par cas, tous ceux qui ont commis de crime en dépit de leur volonté de se rendre aux FARDC, les poursuites judiciaires doivent être ouvertes à leur endroit, chose qui pourra soulager toutes les victimes.

Prince Bagheni depuis Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate