img

Politique

La scène s'est déroulé à Likasi, le secrétaire permanent du PPRD et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle de décembre 2018 a déclaré que «C’est Kabila qui a désigné Ilunga Ilunkamba premier ministre. Kabila est le chef du FCC qui est la puissance politique du Congo, Kabila est le chef du PPRD qui est la puissance du Congo, Kabila est le propriétaire de l’Etat, il est l’acteur majeur et principal de la RDC. Kabila est là.»

De l'avis des observateurs, les propos du Secrétaire permanent du PPRD sont de nature à créditer la thèse de la corruption généralisée qui aurait caractérisé les scrutins de 2018-2019 en République Démocratique du Congo où cette formation politique et la plate-forme FCC ont raflé une grande part des sièges à tous les niveaux de la législation nationale aux sénatoriales en passant par les provinciales…

Lors de la cérémonie de la rentrée judiciaire organisée en début du mois à Kinshasa, le procureur général de la République, Flory Kabange Numbi a reconnu la corruption de certains élus locaux dans la désignation des Gouverneurs, membres des bureaux parlementaires et la sénatoriale du début de l'année.

A l’occasion de la clôture de la messe politique du PPRD cette semaine à Lubumbashi où il a annoncé la rentrée politique de Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary a sévèrement aussi critiqué la gouvernance de Félix Tshisekedi qu’il a qualifié de « régime officiellement décrété d’impunité sous lequel le Congo ne se construira pas ».

Sur compte Twitter, le porte-parole du président, Kasongo Mwema Yamba Y'amba, n'a pas hésité de dénoncer les contradictions de l'ancien parti présidentiel.

« à ce que je sache, le PPRD se traite lui-même de régime d'impunité ».

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate