img

Actualités

Politique

Société

"Pas question de célébrer une quelconque journée du 8 mars alors que nos compatriotes de Beni et leurs familles continuent de subir des atrocités de la part des ennemis de la paix ", fait-on savoir à l'Ecidé.

Les femmes membres du parti l'Engagement pour la citoyenneté et le développement (Ecidé), de Martin Fayulu ne participeront pas aux réjouissances populaires prévues le 8 mars, à l'occasion de la Journée internationale des droits de la femme. En guise de solidarité avec les familles victimes des tueries à Beni, la gent féminine de l'Ecidé a décidé de placer cette journée du 8 mars sous le signe de la méditation, en lieu et place de la fête.

A la place, les femmes de l'Ecidé, rejetant toute organisation gouvernementale liée à la Journée internationale de la femme, se proposent de célébrer le 8 mars. Ce dimanche, elles vont se retrouver au siège du parti, sur l'avenue de l'Enseignement. Dans leur organisation, les femmes de cette formation politique appartenant à la coalition Lamuka comptent toutes s'habiller en blanc et projettent d'organiser une marche pour compatir au malheur qui frappe les Congolaises à l'Est de la République.

"Congolaises et Congolais, levons-nous pour défendre les droits des femmes ", tel est le thème choisi pour la Journée de la femme en sur le plan national.

La ministre du Genre, famille et enfant Béatrice Lomeya Atilite demande aux femmes de ne pas se focaliser sur le port de pagnes mais plutôt sur le sens du thème choisi.
Pour elle, ça fait des décennies que les droits des femmes ne sont pas respectés au même titre que ceux des hommes, à cause de certaines pesanteurs comme la tradition. Elle est persuadée que tant que ces droits ne seront pas respectés, la femme restera toujours derrière.

" Les droits des femmes, c'est par exemple le droit à l'éducation, le droit à l'instruction. Lorsqu'on n'assure pas l'éducation des femmes, vous pensez que ces femmes-là, par quelle magie elles peuvent accéder à l'Etat social, ce n'est pas possible", a déclaré la ministre congolaise du Genre, Béatrice Lomeya Atilite.

Elle encourage que les filles soient envoyées à l'école puisque quand elle s'instruit, " il y a une valeur ajoutée pour la Nation. "

election-net.com/forumdesas.org

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate