img

Actualités

Politique

Société

 Amka Congo, un collectif   des mouvements citoyen   hausse le ton pour demander à la justice de se saisir aussi de tout dossier de détournement dans ces travaux d’intérêts communs, raison pour laquelle, il vient  d’initier  une pétition pour exiger l'évaluation de ce programme de  cent jours du président   Félix Tshisekedi.

«  Ce programme intéresse plus d'un congolais et notre souci pour que cette affaire n'impacte pas négativement sur ce vaste et grand programme populaire. L'implication des certaines entreprises locales, dont l'Office de route et l'Office des Voiries et Drainage dans l'exécution de ces travaux et déterminante. Et celle-ci s'ajoute certaines entreprises privées et certaines personnalités politiques qui  auraient étés déléguées pour le suivi de travaux et la réception des fonds reçu en mode d'urgence », réagit  le collectif AMKA congo  qui invite la population  de bien vouloir signer la pétition pour obtenir  l'évaluation de ces travaux. Au  Sud-Kivu, l'une des provinces à problème  de l'Est de la République Démocratique du Congo  souffre d'un manque   d'infrastructures sociales, certains secteurs concernés par ce  programme d'urgence de cent  jours, sont entre autres les routes, les écoles, l'habitat (avec des maisons prêt fabriquées), l'agriculture, l'eau et l'électricité. A Part, les travaux des routes qui sont ralentis aucun autre chantier n’est opérationnel.

Héritier Bashige depuis Bukavu.

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate