Amitav Ghosh : « Le monde se prépare aux changements climatiques en préparant la guerre »

Amitav Ghosh, écrivain indien. Ph. Tiers


Pour le grand écrivain indien Amitav Ghosh, le problème posé à l’humanité par la crise écologique est avant tout géopolitique. Car, dit-il, le changement climatique est une menace pour le monde.


« J’en constate les effets durables à travers le monde, même en Inde. Quand j’étais jeune, les romanciers indiens, surtout du Bengale occidental ou parfois de l’Inde du Sud, étaient engagés et écrivaient sur l’environnement.

Par exemple, la grande écrivaine Bengalie Mahasweta Devi, qui a écrit sur la forêt et les communautés tribales de la forêt » explique l’écrivain. Mais aujourd’hui de plus en plus, fait-il constater, les romans en Inde, qu’ils soient rédigés en Anglais ou dans une des langues indiennes, adoptent souvent le modèle occidental et relatent la vie intérieure.

Selon lui, la façon dont les spécialistes, et en particulier les techniciens et ingénieurs, abordent le changement climatique, est complètement erronée ; pour eux, le problème est d’abord technologique, alors que selon moi, il est essentiellement géopolitique. « Tant qu’il n’y aura pas une réponse géopolitique, la technologie ne pourra pas apporter la moindre solution » a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : « si vous interrogez un Occidental sur le changement climatique, il vous répondra que c’est d’abord un problème scientifique et technologique. Si vous allez en Asie et demandez à une personne indienne, indonésienne ou chinoise, comme je l’ai fait souvent : « Vous savez que le changement climatique est une vraie menace pour votre pays. Êtes-vous prêt à réduire votre empreinte carbone ? » la réponse sera : « Non, pourquoi changerait-on ? ».

A l’en croire, l’Occident est à la source de ce problème, il s’est enrichi à nos dépens lorsqu’on était faibles, il s’est accaparé les ressources de la Terre et les a dilapidées… Mais aujourd’hui, nous ne sommes plus si faibles, alors il est temps pour nous de nous rattraper. » Pour les non-Occidentaux, le concept de dérèglement climatique est considéré comme un problème de post-colonialisme, d’inégalité, de géopolitique.

Mapote Gaye, à Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *