Ambassadeur italien tué en RDC : que s’est-il passé ? [Exclusif]

Luca Attanasio ambassadeur d'Italie en RDC tué après une embusacde d'hommes armés ce lundi 22fevrier 2021 Près de Goma

Quelques heures après l’attaque du convoi du Programme alimentaire mondial (PAM), des nouvelles révélations viennent éclairer les versions officielles. Le point sur les faits.

L’attaque d’hommes armés contre un convoi de l’agence onusienne à une dizaine de kilomètres au nord de la ville de Goma, dans la province du Nord-Kivu, lundi matin continue de soulever des interrogations.


Trois personnes dont un ambassadeur italien, son garde du corps et le chauffeur du PAM ont péri dans cette attaque considérée de ‘’lâche’’ par le président Italien Sergio Mattarella ce lundi 22 février. Préméditée ou spontanée ?

Comment est mort l’ambassadeur Italien?

Dans un communiqué consulté par Election-net.com, le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a exprimé sa plus profonde sympathie et ses plus sincères condoléances à la famille, aux collègues et aux amis de ces trois personnes tuées lors de cette énième embuscade dans cette partie du Nord-Kivu. Cependant, dans ce même communiqué, il souligne que cette délégation se rendait de Goma pour visiter un programme d’alimentation scolaire du PAM à Rutshuru. Les assaillants le savaient-ils ? Rien pour l’instant ne permet de l’affirmer.


Interviewé par RFI, le gouverneur de la province du Nord Kivu estime que ce convoi a été attaqué par un groupe de gangs ‘’ probablement des groupes armées FDLR ou Nyatura qui sont à la région’’. L’ambassadeur italien était-il visé ? Comment peut-il se déplacer sans en informer les services de sécurité ? À cette question plusieurs zones d’ombres font surface.


’ça été des tirs brusques et nourris malheureusement avec beaucoup de dégâts collatéraux’’ a indiqué le gouverneur Carly Kasivita chez RFI.

Préméditée ou spontanée ?


Selon toujours le gouverneur du Nord Kivu, il y avait sept personnes dans le convoi et seul quatre personnes ont survécu à l’attaque. Car dans ce convoi, tel que mentionne le gouverneur, sur les sept personnes retrouvées, seul le garde du corps, le chauffeur et l’ambassadeur ont succombé à leur blessure.


Le gouverneur de province et l’agence onusienne n’ont pas réussi à accorder leurs violons, l’un estimant que l’agression fut brusque, l’autre dans son communiqué souligne qu’elle pourra collaborer avec les autorités nationales pour déterminer les détails de l’attaque, qui s’est produite sur une route qui avait auparavant été autorisée à voyager sans escorte de sécurité.

Pour rappel, cette attaque est survenue dans une zone où les véhicules ne sont pas escortés par les éléments FARDC.

À noter que de Goma à Kiwanja, tous les véhicules ne sont pas escortés par des éléments FARDC, tandis que de Kiwanja à Kanyabayonga, tous les véhicules sont escortés par des éléments FARDC.

Prince Bagheni, à Goma & Nelly