Affaire Chebeya et Bazana : encore un témoignage !

Floribert Chebeya. Ph, Tiers

L’ancien chef de la police nationale congolaise, le général John Numbi Banza est à nouveau cité dans le dossier du double assassinat des activistes des droits de l’homme Floribert Chebeya et  Fidèle Bazana.  Un autre policier qui vit pour le moment en exil en Europe l’accable. Recherché par la justice l’ancien inspecteur de l’armée qui vit en cavale pourra-t-il s’en sortir dès lors qu’un autre élément de témoignage vient s’ajouter au dossier.

Selon d’Adam Kibumba ce policier , le major Christian Ngoy est descendu du bureau de l’inspection générale pour venir le menacer avec son arme en lui demandant : « Tu attends quoi pour l’exécuter ? ». Le policier exige alors un ordre précis de son supérieur et le renfort des autres policiers. 

« Christian Ngoy a rappelé Jacques Mugabo et Ngoy Doudou,raconte Sadam. On est monté derrière le véhicule et on a commencé le boulot avec Ngoy Doudou. On a scotché des sachets plastiques sur la tête du chauffeur de Chebeya et on a mené Bazana à la mort. Mais celui qui a donné la mort c’est moi. Le tueur de Bazana c’est moi, Sadam Kibumbe ! » avoue le policier à Afrikarabia. 

Concernant le rôle de Paul Mwilambwe, qui s’occupait de la sécurité de l’inspection générale, Erick Kibumbe confirme que le policier n’a été que le témoin oculaire du double meurtre. « Il a tout vu sur les écrans des caméras, mais il n’a pas participé à l’assassinat ».

Sadam Kibumbe explique ensuite que Chebeya est tué dans le second véhicule, dans lequel se trouvait Bruno Sotti, Jacques Mugabo et Ngoy Doudou. Les véhicules sont alors partis pour enterrer Fidèle Bazana à Mitendi, dans la concession de l’actuel général Djadjidja. Une version similaire à celle fournie par Hergil Ilunga. « On a enterré Bazana avec le sachet sur la tête vers 20 heures ». Le corps de Chebeya est alors remis dans sa voiture qui est déposée quelques kilomètres plus loin. Une fois leurs forfaits commis, l’équipe du bataillon Simba se rend à Righini chez le colonel Daniel Mukalay où ils déposent les véhicules, puis passe la nuit chez le major Christian Ngoy.

Avec Africarabia