Affaire 100 jours : l'ACAJ dénonce la déclaration du bureau politique de l'UNC qui risque «d'influencer» l'indépendance de la justice

L'association Congolaise pour l'accès à la justice  dénonce la déclaration du bureau politique de l’UNC, qui risquerait de mettre en mal l’indépendance de la justice.  

l'ONG souligne que cette sortie médiatique des membres du parti politique proche de vital Kamerhe se ressemble à celle du secrétaire permanent du PPRD qui promettait de paralyser le pays  pour le fait que le Pca de la Gecamines membre de leur parti était visé par une enquête judiciaire.

“Ladite Déclaration politique rappelle malheureusement celle faite, il y a quelques mois, par le Secrétaire permanent du PPRD qui promettait de paralyser le pays à la suite des enquêtes judiciaires ouvertes contre les dirigeants de la Gécamines”,constate l'ACAJ qui  recommande tout de même à Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Président de la république à répondre à la convocation du procureur général de Kinshasa Matete. Dans un document consulté par www.election-net.com  l'ACAJ encourage au président de l'UNC de  prêcher par l'exemplarité en coopérant avec la justice dans le cadre  de cette enquête sur la gestion de fonds du programme de 100 jours.

«Nous encourageons vivement Monsieur Vital Kamerhe, au surplus Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, à prêcher par l’exemplarité citoyenne en offrant sa totale coopération à l’appareil judiciaire de son pays. Ce qui, sur le plan symbolique, constituerait un signal fort sur la détermination de la coalition CACH, non seulement à combattre la corruption et le détournement des deniers publics, mais également à démontrer que les idéaux véhiculés par la coalition CACH, lors de la campagne présidentielle, n’étaient pas chimériques”, indique ce communiqué.

Cependant  pour éviter de faire de la chasse à l'homme  les autorités judiciaires doivent réactiver, sans délai, toutes les enquêtes judiciaires jadis sollicitées, notamment par l’ancien Conseiller spécial du Chef de l’Etat en matière de lutte contre la corruption et le terrorisme, à l’encontre de plusieurs membres de gouvernements successifs et hauts fonctionnaires de l’Etat. Pour des raisons d’interférence politique lesdites procédures ont été abusivement bloquées par l’ancien régime.

Le Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete  a invité ce lundi 6 avril 2020 pour une communication relative à l’instruction d'un  dossier judiciaire ouvert relatif aux travaux de 100 jours du Chef de l’Etat.

Dans une déclaration dimanche à Kinshasa, le bureau politique de l'Union pour la nation congolaise UNC  a dit vouloir alerté ses militants pour s'apprêter selon l'esprit de la déclaration à un combat politique à venir.

Patrick Félix Abely