Affaire 100 jours : "J’ai bien peur que l’encadrement des marchés publics ne soit pas le mobile réel du procès en RDC",Jemal Taleb

Jemal Taleb, avocat de l'homme d'affaires libanais de Samih Jamal

Jemal Taleb , avocat de Samih Jammal dit craindre que le droit, particulièrement en RDC sert désormais à résoudre des problèmes politiques.

L'avocat mauritanien estime que son client ne devrait aucunement être poursuivi pour détournement dans le procès dit de 100 jours.

"J’ai bien peur que l’encadrement des marchés publics ne soit pas le mobile réel du procès dit de 100 jours en République Démocratique du Congo. Etant moi même l’un des avocats de l’homme d’affaire Samih JAMMAL, je peux vous garantir qu’on en est loin. D’ailleurs ce dernier ne peut en aucune manière être visé par l’infraction de détournement de deniers publics car il n’a jamais eu de prérogatives de puissance publique pour la gestion de Fonds publics"

A l'en croire la RDC a dis le droit de manière exceptionnelle. Cette condamnation de Samih Jammal est propre à la RDC selon lui.

" La RDC a inventé le raisonnement qui consiste à dire que tout paiement par la puissance publique d’une somme quelconque, chargerait de facto celui qui la reçoit, quelles que soient ses fonctions et responsabilité, d’une mission de service public. le parquet général de Matété puis la juridiction de premier degré a considéré que le paiement de prestations spécifiques par des fonds issus du trésor public et transférée à des personnes privées, restent des fonds publics, alors qu’ils sont devenus des fonds privés.
Cette interprétation viole les dispositions de l’article 145 du Code pénal congolais. L’infraction de détournement des deniers publics ne peut naturellement être reprochée qu’aux personnes en charge de la dépense et la gestion des fonds publics" explique-t-il à nos confères de média Congo

Agé de 82 ans, Samih JAMMAL a passé plus de 150 jours à Makala depuis son arrestation.

Joël Mesa Nzuzi