Abattage d’un Okapi au Sankuru, les auteurs du braconnage ”pourraient écoper de 10 ans de servitude pénale”

Okapia johnstoni. Ph. Tiers

Un okapi a en effet été abattu ces derniers jours dans la province du Sankuru sans qu’aucun permis ne soit accordé, ce qui soulève l’indignation du ministre congolais de l’Environnement , Claude Nyamugabo qui se dit ‘’ consterné’’ par l’abattage de cette espèce intégralement protégée par les lois et règlements de la République Democratique du Congo.

Claude Nyamugabo invite les autorités judiciaires à se saisir du dossier afin de faire subir la rigueur de la loi aux auteurs, coauteurs et complices de cet acte ignoble de braconnage d’un Okapi (Okapia Johnstoni) survenu lundi 31 août en territoire de Lomela, dans la province de Sankuru.

Par conséquent, il rappelle qu’il est interdit de tuer, blesser, capturer, détenir, vendre ou acheter un spécimen quelconque d’Okapi (peau, poils, viande, trophée, etc), sous peine des sanctions pénales lourdes prévues par les lois(no 14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature et no 82-002 du 28 mai 1982 portant réglementation de la chance) pouvant aller jusqu’à dix ans de servitude pénale.

Toutefois, il en profite pour saluer la bravoure et l’esprit écologique de l’Administrateur du territoire de Lomela et ses services pour avoir procédé à la saisie d’une eau fraîche d’Okapi.