2eme édition FIGEV: « Kinshasa-Bopeto est une gestion participative » Germain Mpundu

Ville de Kinshasa, Ph. Tiers

Le coordonnateur de l'opération Kinshasa-Bopeto Germain Mpundu a pris part à la 2eme édition du Festival International Génie Vert axé sur l'environnement et l'écosystème.

Dans son exposé sur l'apport de l'opération Kinshasa-Bopeto à Kinshasa, Germain Mpundu a fait savoir que « c'est une gestion participative ».

À l'en croire, « Kin-Bopeto est une gestion participative où chaque bourgmestre travaille avec toute une coordination communale » a-t-il indiqué devant l'assemblée.

Pour prévenir à la réalisation de cette vision, « il faut viabiliser les quartiers avant tout lotissement notamment placer les caniveaux, installer de l'électricité et les canaux d'eau. »

« C'est nous qui devrons être les premiers écologistes chez nous. La preuve est là, tout ce que nous pouvons retenir c'est cet engagement citoyen et nous encourageons tous les protagonistes de l'environnement à emboîter le pas chez FIGEV pour que nous ayons de plus en plus un milieu assainit, respecté qui change. » Poursuit-il

Sur l'an 1 de Kin-Bopeto, le coordonnateur Germain Mpundu a renseigné que « la satisfaction est en route parce que le concept Kin-Bopeto a une adhésion de 85% des kinoises et kinois, c'est ce que nous comptions entreprendre cette année, que les kinois changent.»


En ce qui concerne les ordures qui restent, nous pensons que le résultat de ce changement, nous avons des lieux qui prospèrent dans la propreté et qui contaminé d'autres coins les plus salles, notamment la pose poubelle et le comportement.

Il a également fait savoir que « Nous préparons un chapitre à introduire dans le cours de l'éducation à la citoyenneté parce que nous croyons que les enfants peuvent apporter les prémices de Bopeto, aussi la brigade qui est en train d'être installé pour contrôler et décourager les inciviques.» ajoute-t-il.

En outre l'initiateur du FIGEV a dans une interview accordée, signifié que « c'est un cadre d'échange aux initiatives et innovation écologique. Pour cette 2eme édition nous avons mis l'accent sur la lutte contre le réchauffement climatique, Covid-19, valorisation du patrimoine naturel et culturel de la RDC d'où la nécessité de l'organiser au musée national qui est un bijou culturel et scientifique. Il a aussi interpellé les autorités sur la protection des écogardes des parcs nationaux du pays qui sont assassinés par les groupes armés, nous avons aussi parlé de l'éco-tourisme et ses 5 piliers, ainsi que la responsabilité culturelle et environnementale. ».

Signalons que cette 2eme édition clôturée sur les conférences et débats sur l'environnement, va complètement clore ce vendredi à l'hôtel Béatrice où la prime Flamme verte sera remise aux Lauréats.

Théo L.